Connectez-vous avec nous

FORMULE 1

UNE FORMULE 1 AVEC DE MOINS EN MOINS D’ACTIONS EN PISTE

Publié

au

UNE FORMULE 1 AVEC DE MOINS EN MOINS D ACTIONS EN PISTe

Au cours de la dernière saison de Formule 1 2020, le nombre de dépassements par GP a diminué par rapport aux deux dernières années. Quelles sont les raisons et comment remédier à cela ?

Si une voiture est plus rapide qu’une autre, elle serait en capacité donc de la dépasser mais ce n’est pas toujours le casAujourd’hui, pour dépasser une voiture, il faudrait bien plus.

L’un des problèmes qui préoccupe le plus la Formule 1 en cette dernière phase de l’ère hybride est le manque de dépassement en pleine course. En particulier, en 2020, durant laquelle le nombre de dépassements par course a fortement baissé par rapport à l’année précédente (31,4% contre 38,9%). Il y a plusieurs causes à cela.

Tout d’abord l’aérodynamique des monoplaces ne permet pas aux voitures derrière de suivre. La suprématie de Mercedes a aussi contribué à cette baisse ou encore le fait que Alfa Romeo, Haas et Williams n’ont jamais réellement pu se battre en milieu de terrain. 

Le record de dépassement est détenu par le GP de Hockenheimring en 2019, lors d’une course chaotique marquée par la pluie. Il est vrai qu’une course avec un nombre de dépassements importants ne signifie pas forcément qu’elle est passionnante, et le circuit de Monaco en est la preuve. Mais c’est certainement une des raisons qui, en ce sens, aide attirer l’attention du spectateur, mais aussi l’intérêt du pilote en piste qui aimerait certainement de plus en plus d’actions en piste.

COMMENT REMÉDIER À CE PROBLÈME?

Selon certains pilotes, la situation pourrait être différente s’il y avait des pneus plus dégradés qui nécessiteraient plus d’arrêts aux stands. Cependant, une analyse plus approfondie (réalisée par Auto Motor und Sport ) montre que plus d’arrêts aux stands ne se transforment pas nécessairement en manœuvres de dépassement plus nombreuses. Par exemple, au GP dédié au 70e anniversaire de la Formule 1 en Hongrie, il y a eu entre 41 et 45 arrêts aux stands mais seulement une moyenne de 23 dépassements. Alors qu’ au GP de Styrie et celui du Portugal  21 et 25 arrêts aux stands ont été réalisés avec 47 et 58 dépassements.

Par ailleurs, Max Verstappen est convaincu que si le poids des voitures était réduit, tout serait facilité. « Nous savons tous quel est réellement le problème, il est quasiment impossible de doubler avec ces voitures, du moins dans la plupart de nos circuits   » Cela ouvre une autre question liée aux circuits. Mis à part Mugello et Imola, dont les pistes sont étroites pour la Formule 1 actuelle, et Monte Carlo pour son unicité, Barcelone, Melbourne et Abu Dhabi ne sont certainement pas adaptées aux dépassements en tenant compte de leur conception.

Il s’agit de faire correspondre deux composants. Il faudrait soit choisir les circuits qui se prêtent le mieux aux caractéristiques de ces voitures ou modifier ces dernières. Finalement, avec la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur en 2022, il y aura une révolution aérodynamique qui facilitera les dépassements. On se demande à présent si ces mesures seront suffisantes pour remédier à cette problématique.  

FORMULE 1 ACTIONS PISTE FORMULE 1 ACTIONS PISTE

ADIEU RENAULT, L’ÈRE ALPINE EN F1 COMMENCE

SUIVEZ L’ACTU F1 EN TEMPS RÉEL AVEC F1LEAD SUR Facebook ET Twitter







NEWSLETTER