Connectez-vous avec nous

ENQUÊTE

RENAULT OFFRE UN CONTRAT DE 30 MILLIONS D’EUROS POUR ALONSO

Publié

au

RENAULT OFFRE UN CONTRAT DE 30 MILLIONS D'EUROS POUR ALONSO

Est-ce un bon choix pour Alonso ou une tentative désespérée pour pouvoir retourner sur la grille à tout prix ? Est-il la meilleure option pour Renault, ou aurait-il dû laisser sa place à de jeunes pilotes ?

Renault n’a vraiment eu que peu de choix en terme de pilotes. Le motoriste français a déjà été largement critiqué pour avoir choisi l’ancien pilote Alonso plutôt qu’un pilote provenant de l’Académie de Renault. Cette Académie a été interrogée et ridiculisée par rapport à cette décision.

Mais vous ne pouvez pas juger l’ensemble de l’académie sur un seul coup, malgré le fait que l’objectif final de cette académie est surtout de préparer et promouvoir des talents de F1.

C’est super pour la F1 que Alonso revienne. Très peu de pilotes pourraient rester aussi longtemps sans forcément remporter de victoires surtout suite à une pause de deux ans sans même faire partie de la F1. Mais cela ne signifie pas que cette décision sera un grand succès.

Renault a perdu sa voie récemment et tout ce qu’elle avait prévu pour son avenir n’a pas suffi à convaincre Daniel Ricciardo de rester au-delà de son contrat initial très lucratif de deux ans.

Cela pourrait fonctionner précisément parce que Alonso et Renault luttent pour leur survie en F1 depuis bien longtemps, coincés entre la gloire ou l’échec.

Fernando Alonso obtient ce dont il a besoin, une dernière chance en F1 pour chasser ce troisième championnat du monde tant convoité. Tandis que Renault obtient le pilote dont elle a besoin que ce soit une bonne ou mauvaise idée, c’est la décision la plus adaptée pour les deux parties !

Mais, malgré toutes les préoccupations concernant Alonso qui mettent en lumière les difficultés de Renault et les problèmes au sein de l’équipe, la question clé est surtout de savoir si Renault obtient un pilote capable d’atteindre les objectifs de l’équipe. La réponse est incontestablement «oui».

Alonso reste incroyablement rapide, il lui reste encore quelques années au plus haut niveau et c’est un homme capable de faire des choses au volant d’une voiture que peu de gens de toutes époques ont pu égaler.

C’est un mariage qui pourrait prouver que ce choix vaut le coup. Même si cela pourrait devenir gênant en cas d’échec.

UN SALAIRE DE CRISE

Ce nouvel épisode de la trilogie Alonso-Renault débutera ainsi en 2021. L’accord porte sur deux saisons (2021 et 2022) avec une option pour une 3e saison. La crise COVID-19 a engagé une bonne partie des salaires à la baisse. Celui de Fernando Alonso ne déroge pas à la règle. Ainsi donc, sa rémunération est plus complexe, car elle doit inclure la visibilité de sa marque Kimoa.

Mais avec un solide salaire et des primes de performances en fonction des résultats et des enjeux ( championnat pilote et constructeur). Alonso a dû se contenter d’un salaire inférieur à celui de Ricciardo.

RENAULT OFFRE UN CONTRAT DE 30 MILLIONS D’EUROS POUR ALONSO

Malgré la crise du covid-19, Renault dispose encore de 15 millions d’euros par an pour les services d’Alonso, qui recevra 30 millions d’euros en deux ans, a fait savoir F1Lead.com de source sûr. En outre, Alonso reçoit également des bonus pour la réalisation de certains résultats.

Un salaire fixe autour de 8 millions d’euros, des primes de résultats lui permettant d’obtenir maximum 11 millions d’euros supplémentaires et une prime de classement pilote et constructeur de 10 millions d’euros (si le pilote et l’équipe entrent dans le top 3). Soit un produit total possible de 30 millions d’euros.

UN ÂGE ÉLEVÉ

C’est un facteur que l’on oublie trop souvent : Alonso n’est plus jeune. En fin juillet, il aura 39 ans, âge où la grande majorité des pilotes sont à la retraite. Et pour être pilote de F1, la catégorie reine du sport automobile, il faut être complètement affûté, et avoir des réflexes incroyables.

Chose qu’à 39 ans aujourd’hui, il est plus difficile d’avoir, comme l’a montré Michael Schumacher dans le passé son accrochage avec Jean-Eric Vergne à Singapour (même si un problème de freins a été évoqué). Alonso avec 32 victoires n’a plus la même fougue que ses jeunes adversaires, comme Max Verstappen (22 ans) ou Charles Leclerc (22 ans), il est donc plus compliqué pour lui de faire ces fabuleuses passes d’arme qui ont bâti sa réputation de grand pilote.

UNE CONCURRENCE ACCRUE

Depuis plusieurs années, la F1 s’est internationalisée, avec des pilotes venus de différents pays (Monaco, Pays-Bas, Thaïlande). Et les jeunes talents sont de plus en plus nombreux sur le plateau, permettant des courses beaucoup plus ouvertes pour atteindre le Top 10.

Les écuries du milieu de grille (AlphaTauri, Racing Point, McLaren) ont également énormément progressé, et s’appuient sur des pilotes rapides qui n’ont peur de rien (parfois trop, à l’image de Lando Norris chez McLaren), pour engranger des points. C’est le cas de AlphaTauri, avec Gasly et surtout George Russell, qui pourrait rejoindre Mercedes la saison prochaine.

Avec des courses beaucoup plus serrées qu’avant, et une voiture qui n’est pas la Renault des années 2000, Fernando Alonso forcément aura beaucoup de mal à obtenir de bons résultats.

FIA VERSE UN MILLION D’EUROS À LA FONDATION

SUIVEZ L’ACTU F1 AVEC F1LEAD SUR Facebook ET Twitter

RENAULT OFFRE UN CONTRAT DE 30 MILLIONS D’EUROS POUR ALONSO RENAULT OFFRE UN CONTRAT DE 30 MILLIONS D’EUROS POUR ALONSO

NEWSLETTER