Connectez-vous avec nous

ANALYSE

FERNANDO ALONSO, UNE ICÔNE PERDUE

Publié

au

FERNANDO ALONSO UNE ICONE PERDUE

Fernando Alonso est l’exemple typique de pilote qui n’a pas eu de chances puisque ses choix n’étaient pas réfléchis. De plus il n’a pas réellement pris son temps pour mieux gérer son parcours en f1.

Fernando Alonso une icône perdue. Depuis longtemps,  ses choix sont compliqués à cerner ainsi que sa façon de raisonner ces dernières années. A vrai dire depuis qu’il s’est fait humilier par Hamilton en 2007, Alonso est rentré dans une dépression chronique. On constate deux personnalités différentes, un Alonso avant 2007 et un après 2007.

Le pilote a un caractère très impulsif, il a en effet beaucoup de mal à gérer ses relations dans le domaine de la F1, son comportement est même très semblable à celui d’un sociopathe, c’est une triste réalité.

Un début de carrière assez riche en succès en 2005 et en 2006 étant deux fois champion du monde, mais au moment où un jeune pilote britannique rentre en jeu, Lewis Hamilton en 2007, Alonso a été déstabilisé et devient agressif, pas sur la piste mais plutôt dans son comportement et ses actes, au point de lui attribuer le surnom de roi de l’orgueil et de l’égoïsme.

FERNANDO ALONSO, UNE ICÔNE PERDUE
FERNANDO ALONSO, UNE ICÔNE PERDUE
LE CARACTÈRE D’ALONSO A COMPTÉ DANS SON ÉCHEC CHEZ FERRARI

Il a eu sa chance chez Ferrari en 2010 mais l’a perdu face à Sébastien Vettel avec sa Red Bull. Encore des années d’échec consécutives avec la Ferrari de 2010 à 2014. Une fin qui a mal tourné avec la scuderia pareil Mclaren en 2007 ainsi que chez Renault en 2008 (référence au scandale du GP de Singapour 2008). Depuis son arrivé chez Mclaren en 2015, il a fortement critiqué le moteur Honda, ce qui n’est pas digne d’un grand sportif appartenant à ce milieu du sport automobile. Sans oublier son propos  »GP2 engine » que les japonais n’ont d’ailleurs pas digéré.

FERNANDO ALONSO, UNE ICÔNE PERDUE

Au moment où il a mis fin à sa carrière en 2018 avec Mclaren, il s’est rendu compte que les choses n’allaient pas bien. Il est donc parti à la conquête de titres un peu partout dans d’autres catégories du sport automobile, dans le but d’assouvir sa soif du succès, chose qui lui manquait auparavant. Il avait besoin de reconnaissance plus qu’autre chose surtout après avoir vu que  2 pilotes venus après lui, Vettel et Hamilton sont en train de rafler tous les trophées de la dernière décennie. Ce qui était difficile à accepter pour lui.

LIRE AUSSI : HONDA A PRIS SA REVANCHE SUR ALONSO

Alonso avait un talent exceptionnel mais malheureusement un caractère très orgueilleux qui n’a pas contribué à sa réussite. S’il avait la simplicité et la sympathie de Ricciardo en plus de son talent il aurait forcément cartonné plus que n’importe qui puisque c’est un réel guerrier dans l’âme. Comme quoi des fois il ne suffit pas d’être rapide ou talentueux mais plutôt de savoir gérer l’art du vivre ensemble et plus se focaliser sur le bon coté des choses. Finalement chacun son caractère, et personne ne mérite d’être comparé.

La seule personne qui connait très bien Alonso à tous les niveaux et qui a su le gérer c’est son ancien chef d’équipe Renault, Flavio Briatore. Il connaissait ses faiblesses et les points forts  d’Alonso. Il savait comment canaliser son talent. C’est d’ailleurs lui qui l’a repéré et l’as direct ramené chez Renault. Mais après le départ d’Alonso chez Mclaren en 2007 tout s’est mal passé. Le pilote avait besoin d’un guide pour la gestion de sa carrière, malgré qu’il ait retravaillé en 2008 avec Flavio Briatore, il n’était plus du tout stable, une personne hélas bien têtue. Il a fini par perdre sa place dans l’histoire des grands pilotes comme Senna ou Prost.

LIRE AUSSI : ALONSO S’EST FINALEMENT EXCUSÉ AUPRÈS DE HONDA

on lui a posé plusieurs fois cette question sur sa meilleure période en f1, il répond toujours son duo avec Schumacher.

Alonso essaie jusqu’au jour d’aujourd’hui de retrouver la voix vers la gloire, mais à ce stade là, aucune équipe de formule 1 ne voudra de lui. Il représente pour la majorité une source de problèmes, puisque personne n’arrive à le gérer, malgré qu’il soit rapide il n’arrivera pas à supporter cette nouvelle génération de pilote pleine de talent. 

Il est compliqué pour un pilote comme lui de prendre du recul, il faudra faire des efforts pour se calmer et arrêter.

L’histoire d’un champion trahis par ses choix et son caractère.

VOUS ALLEZ AIMER

BOTTAS LA PALME DE « MEILLEUR 2ÈME PILOTE DU PLATEAU »

GROSJEAN SERAIT-IL ENTRAIN DE SE VOILER LA FACE

F1 2021 : DES FAILLES DANS LE RÈGLEMENT

FERRARI DÉLAISSE SEBASTIAN VETTEL

LECLERC OBSÉDÉ PAR VETTEL 

EST-CE LA FIN DE CARRIÈRE D’ADRIAN NEWEY ?

F1 2020 : RENAULT RETROUVE SES COULEURS D’ORIGINES DES ANNÉES 80

ESTEBAN OCON SERAIT-IL AU NIVEAU DE DANIEL RICCIARDO

MATTIA BINOTTO : LA MANIPULATION MÉDIATIQUE

FERRARI, UN FORT INVESTISSEMENT AVANT 2021

RED BULL F1 : UN APERÇU DE LA NOUVELLE VOITURE 2020

LA FORMULE 1 A BESOIN DE VRAIS TALENTS

Suivez l’actu F1 en temps réel avec F1Lead sur Facebook et Twitter

FERNANDO ALONSO, UNE ICÔNE PERDUE

FERNANDO ALONSO, UNE ICÔNE PERDUE

NEWSLETTER